Navigation | Archive » 2010 » janvier

24 janvier, 2010

Thierry Ardisson, high-concept man

J’ai contacté Thierry Ardisson dès qu’il a annoncé son envie de tester le marché du cinéma en devenant un producteur à l’ancienne, c’est à dire un pur créatif à l’initiative du film.  Sa vision était à la fois enfantine (son plaisir de spectateur avant tout), et ambitieuse (penser international avec des sujets à portée universelle)… Surprise : l’homme en noir a accepté de travailler avec moi. Quoiqu’on pense de Thierry Ardisson, il faut reconnaitre qu’il a toujours adulé l’idée qui tue et placé le concept au dessus de tout. Le réduire à un trublion branché, celui qui a bousculé (violemment) l’univers aseptisé de l’interview, c’est oublier qu’il a été un génial défricheur télévisuel. Son Paris Dernière d’il y a 15 ans, en caméra subjective version immersion totale reste à ce jour un concept toujours pas dépassé, et que le cinéma s’approprie seulement aujourd’hui (Rec 1 et 2, Cloverfield…).

Il était légitime qu’Ardisson se jette dans à corps perdu dans le cinéma en souhaitant l’aborder via des sujets High Concept … L’homme est courageux, il a risqué son pognon dans l’aventure, fait rare dans milieu. La plupart de ses projets sont en développement, quelques uns sont en production.

Singulière initiative, Thierry Ardisson profite aujourd’hui de son propre site internet pour dévoiler ses idées et ses pitchs. Et je suis ravi d’être associé à l’un des plus ambitieux d’entre eux…ta.png

Par popmarketing le 24 janvier, 2010 dans Non classé
Pas encore de commentaires

Je suis pété de thunes…

4gu4.jpg

A l’heure où le buzz est plein de bouses, revenons une éternité en arrière, sur cette vieille annonce one shot de Bentley, parue dans le quotidien britannique Times en 2006. Elle a fait le tour du monde et les avis – des non-possesseurs de Bentley – sont partagés : scandale (« les riches se moquent des pauvres », « quelle vulgarité ! »), erreur stratégique (« pas en phase avec le positionnement de la marque »), facilité créative (provocation gratuite, mauvais délire de créatif). Pour ma part, j’adore. Stratégiquement, c’est impeccable : une annonce pleine page dans le Times, voilà un contre-pied véritablement remarquable. Le message nuit-il à la marque ? Les propriétaires de Bentley vont-ils rendre leurs clés de bagnole ? Non, je crois qu’ils se reconnaissent parfaitement. C’est même un message qui parle à tout le monde : ce que Bentley vend ici, ce n’est ni un produit, ni une marque prestigieuse, mais un fantasme universel : « je suis pété de thunes et je vous emmerde ».

Par popmarketing le 24 janvier, 2010 dans Non classé
Pas encore de commentaires

Avec Jean Rochefort, je suis entre 2 bonnes mains…

roche.jpg« Restons entre 2 bonnes mains » : c’est la promesse faite par le Registre des Ostéopathes de France à l’heure où la profession (enfin officiellement reconnue) se débat pour faire sortir du lot les « vrai-bons » ostéopathes du grand magma de tous ceux qui sont désormais autorisés à en porter le titre. Le R.O.F. recense en effet des praticiens exclusifs qui ont le plus haut niveau de formation, ce qui n’est (malheureusement pour le patient) pas le cas de tous ceux qui peuvent poser la plaque « ostéopathe » sur la porte de leur cabinet. Jean Rochefort, en patient convaincu, sait faire la différence entre un homme de l’art et un demi-sel; il prête gracieusement son image et sa blanche crinière à une campagne d’intérêt général dont je ne suis pas peu fier d’être un peu metteur en scène…

Par popmarketing le 24 janvier, 2010 dans Non classé
Pas encore de commentaires

Fibres la Réunion: bois et ... |
Media Consult |
bricomelanie |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | L'OPPORTUNITE D'AFFAIRE SUN...
| Avenir Prospère
| lephenomeneuvme