Navigation | popmarketing

12 juin, 2009

Advertising for peanuts : le nouveau prix des idées…

Image de prévisualisation YouTube
Quand les choses sont bien présentées (« bonjour c’est votre agence de pub à l’appareil, on a une idée géniale, et ça ne coûte rien… ») je crois qu’on peut vendre n’importe quoi à un annonceur… Cette vidéo volontairement minable s’adresse directement à la communauté des bloggeurs. C’est particulièrement con et efficace : la preuve, elle est ici…

La vidéo date un peu (été 2007 : une éternité à l’échelle du buzz…) mais elle illustre parfaitement :

1/ une tendance expérimentale, même chez les grands et gros annonceurs « respectables ». (« Si ça marche, tant mieux, si ça ne marche pas, personne ne le saura, même pas mon boss… »)
2/ Une tendance comportementale, cette fois chez tous les annonceurs envers leur agence : « Vous pourriez pas nous trouver un truc super-sympa à faire sur le web, hyper-créatif et surtout gratos, on vous prête le caméscope… » On devrait monter Advertising For Peanuts, ce serait l’agence de pub la plus consultée du monde !

A toujours davantage minimiser les moyens, le coût des idées semble désormais disproportionné aux yeux des services-achats… A force de dire que les idées n’ont pas de prix, ça y est : les annonceurs nous croient enfin !

Par popmarketing le 12 juin, 2009 dans Non classé
Pas encore de commentaires

18 janvier, 2008

Bonheurs Minuscules : la première campagne qui ne vend RIEN !

campagnebonheurs1.jpg « Plutôt or jaune ? Plutôt or blanc ? Moi, je suis plutôt ORgasme » nous dit la jeune fille ci-dessus. Le cul fait-il encore vendre ? Oui, surtout s’il ne vend rien ! Je suis heureux de commencer l’année avec une campagne qui tombe fort à propos – le pouvoir d’achat traité de manière singulière – Le concept est simplissime : alors que la notion de plaisir est liée, très intimement, à l’acte d’achat, la campagne Bonheurs Minuscules utilise la publicité et ses codes pour rappeler qu’il existe encore quelques plaisirs encore gratuits sur cette planète.

A découvrir en avant-première sur le site www.bonheursminuscules.org.

Sans oublier de se poser la question du jour : « Et vous, vous en connaissez beaucoup de plaisirs encore gratuits sur cette planète ? »

Le premier film de la saga :

Image de prévisualisation YouTube
Vous verrez, ce n’est pas évident à trouver !

Par popmarketing le 18 janvier, 2008 dans Non classé
Pas encore de commentaires

18 novembre, 2007

Mac contre PC : la pub comparative idéale.

Image de prévisualisation YouTube

Franchement, on aurait pu croire qu’on se lasserait de la saga comparative Apple contre PC – une quarantaine de spots – mais non, on en redemande au contraire ! Rarement communication comparative n’aura été aussi fine et efficace. On se rappelle des grands claques que se mettaient mutuellement Pepsi et Coca, mais c’était tout de même la guerre : il y avait un vainqueur et un vaincu. Dans la saga MacPC, les deux systèmes concurrents s’apprécient comme deux vieux copains inséparables – une réalité dans le monde de l’entreprise où ils cohabitent désormais – et si Mac apparait comme le jeune cool vs le petit gros cravaté, il n’y a pas plus de méchanceté gratuite que de coup bas. Le tour de force d’Apple est d’avoir réussi à imposer un couple inséparable à la Laurel et Hardy, sans vraiment de gagnant ni de perdant, l’un ne pouvant exister ni briller sans l’autre, et vice-versa…

Une simple question : pourquoi les annonceurs français sont-il aussi frileux sur la com comparative ?

Par popmarketing le 18 novembre, 2007 dans Non classé
1 commentaire

11 novembre, 2007

La normopathie et la norme h.i.é.

La norme h.i.é, c’est l’anti-Effet Waouh ! Je sais de quoi je parle : j’ai pendant des années participé sans honte – j’étais un mercenaire – à des kilos d’annonces, d’affiches, de plaquettes toutes plus transparentes les unes que les autres, essentiellement en communication institutionnelle, celle-la même dont vous pouvez trouver des exemples chaque jour dans les pages économie du Figaro. Quel que soit leur secteur d’activité, banque, assurance, pétrole, énergie, automobile, informatique…des annonceurs acceptent de diffuser des messages avec des mots et des images interchangeables, des concepts gentillets et sans saveur; elles sont rassurantes ces annonces ! Elles font tellement partie du décor qu’en refermant le journal, tout se confond dans un terrible magma-bouillie qui vous empêche de vous souvenir d’un annonceur en particulier et d’y associer son message. C’est la norme h.i.é. Que de pognon foutu en l’air quand on y pense… Mais chut… Le paradoxe, c’est que prise individuellement, elle fonctionne cette putain d’annonce. C’est dans le journal, au milieu des autres, qu’on arrive plus à la différencier. Dans son élément naturel, elle est h.i.é. (suite…)

pub09.jpg

Pourquoi les agences ne font-elles pas valider les B.A.T. dans leur futur contexte ? Je me souviens que nous avions du refaire intégralement un spot de pub, un film TV, après l’avoir projeté au client, dans un cinéma, au beau milieu d’un tunnel de 10 autres spots. Verdict sans appel : c’est h.i.é, on la refait les gars ! La vérité sort de la bouche des annonceurs, encore faut-il avoir les couilles de les mettre sur la voie…

Par popmarketing le 11 novembre, 2007 dans Non classé
Pas encore de commentaires

7 novembre, 2007

Powerplate : le vol des kilos !

myroll.jpg

La PowerPlate dans la rubrique faits divers : info ou intox ? Ainsi la célèbre machine à faire fondre les kilos superflus est devenue un tel objet de désir qu’elle est régulièrement volée dans les clubs de remises en forme. Un vol qui élimine d’office tous les gringalets, la bête pesant au moins 160 kilos ! Un acte hautement symbolique qui hisse la machine au niveau de Mercedes, BMW et quelque autre gros 4×4 rutilant. Un formidable coup de pub inattendu et particulièrement efficace : le simple vol confirme implicitement la crédibilité de la bécane. Les journaux termine leur article avec l’interview du tenancier du club de fitness, éploré, genre : « c’est pas grave, nous allons bientôt recevoir la powerplate dernière génération et nous la scellerons dans le sol… »

A la place de la marque, je m’empresserais de pondre une campagne qui rebondisse sur les faits. Du type : « avec Powerplate, même 160 kilos en trop s’envolent en quelques minutes ». C’est écrit dans la presse. C’est vrai. C’est vérifiable.

Par popmarketing le 7 novembre, 2007 dans Non classé
1 commentaire

6 novembre, 2007

L’effet waouh : le retour des idées qui tuent…

caramel.jpg

Selon le site rigolo www.linguapopcom, l’effet waouh « désigne l’onomatopée envieuse de celui qu’on vient de bluffer en lui montrant qu’on est tip top, super branché, up-to-date, en exhibant par exemple le nouvel I-Phone introuvable en France : Oh, putain, waouh c’est trop top ! L’effet waouh ou waooooohjeune expression. Expression jeune. »

Selon la marketeuse Alice Blondel, c’est de se dire, face à un produit, un service, ou un slogan publicitaire particulièrement génial, « bon sang, mais c’est bien sûr », c’est évident, pourquoi n’y a t-on pas pensé plus tôt ? ». L’image ci-dessus résume assez bien ma position sur l’Effet Waouh (avec des majuscules, désormais) : c’est l’innovation sur un marché encombré, mieux encore, c’est l’innovation sur un marché où l’idée même d’innovation est saugrenue qui fait dire putain, Waouuuuuuh !

L’idée illustrée ci-dessus est révolutionnaire à plus d’un titre : comment innover sur la base d’un produit aussi con que le pansement adhésif ? Bandshades propose enfin une alternative au pansement rose en offrant aux populations noires ou métissées une gamme de couleurs couvrant toutes les nuances de carnation. Comme le dit Oprah Winfrey, la plus puissante figure noire des médias américains :  « Quelqu’un a finalement compris que les personnes de couleur avait des bobos et je dis qu’il était temps. J’ai presque hâte de me couper avec mon presse-papier »

Les leaders du marché sont en rage. « Quand le vice-président d’une des trois grandes compagnies a été au courant de nos recherches et de leurs avancées, il s’est demandé pourquoi diable n’y avait-il pas pensé plus tôt », témoigne Tim Phillip, le fondateur de Bandshades.

Waouh en effet : pourquoi n’y a t-on pas pensé plus tôt ?

Par popmarketing le 6 novembre, 2007 dans Non classé
Pas encore de commentaires

23 octobre, 2007

Campagne Mutualité Française : l’effet max de l’éphémère…

384912.jpg

Simple et choc : les 3 pleines pages consécutives diffusées ce matin et uniquement aujourd’hui (23 octobre) dans 17 titres de PQN par la Mutualité Française nous ont réveillé de l’engourdissement. 3 belles et simples images qu’on dirait shootées par le même photographe. 3 images de meeting et une simple accroche; Ségolène Royal (« 17 millions de personnes »), Nicolas Sarkozy (« 19 millions de personnes »), et sur la révélation de ce short-teasing, Jean-Pierre Davant, président de la Mutualité et son message concis : « 38 millions de personnes protégées par les mutuelles veulent un système de santé efficace et solidaire ».

Le choix du support n’est pas innocent : les images politiques prennent toute leur dimension « actu-drama » au sein d’un journal quotidien et cette campagne éphémère dépasse le simple cadre de la publicité; c’est intelligemment provoquant : « Ce n’est pas de la pub mais de l’interpellation des Français, du Parlement et du gouvernement… Le message de cette campagne qui ne dure qu’un jour, c’est d’attirer l’attention sur les propositions de la Mutualité au moment où débute à l’Assemblée l’examen du projet de budget de la Sécurité sociale… »

Coût de l’éphémère : 1 million d’euros. Côté impact, on a vu de l’argent beaucoup plus mal dépensé… Ce n’est certes pas la première fois que la pub s’empare de vrais personnages politiques français, mais cette campagne, derrière son aspect sec, brutal et sans chichis, à l’ancienne, rappelle aux fondamentaux du métier : sans cosmétique, dire la vérité et la rendre intéressante…

La campagne est réalisée par l’agence H, nouvelle star du groupe Havas. A découvrir sur www.h-paris.com

Par popmarketing le 23 octobre, 2007 dans Non classé
1 commentaire

16 octobre, 2007

Le commerce des idées reçues.

Désapprendre les dogmes du siècle passé : internet sert à cela. Ainsi le poids de la notion de best-seller, surtout dans le domaine culturel (livre, musique, film…) tend à disparaitre. Le best-seller est une exception, il n’a jamais été la règle; un succès modeste – ou très modeste – n’empêche pas d’exister économiquement. Chris Anderson nous rappelle dans son livre La Longue Traîne que nous sommes pourtant toujours sous l’emprise d’une mentalité obsolète pleine d’idées reçues :

Si ce n’est pas un tube, c’est un bide.

La seule réussite valable est le succès de masse.

Publié à compte d’auteur = mauvais

Indépendant = qui n’a pas trouvé de contrat.

Amateur = pas sérieux.

Faibles ventes = faible qualité.

Pour résumer, si c’était bon, ça se saurait. Thanks Web, nous découvrons tous les jours des petits bijoux connus de quelques initiés. Jalousement gardés, même. Cette chasse au trésor est palpitante. Plaire à tout le monde est un concept dépassé.
 

Par popmarketing le 16 octobre, 2007 dans Non classé
Pas encore de commentaires

12 octobre, 2007

Mad Men : 99 francs vs 99 dollars…

mmwallpaper800x60001.jpg
C’est une mode : dénoncer la dérive et la décadence de la publicité et de la société de consommation. Cracher dans la soupe, mais boire ensuite cette même soupe et aimer ça… J’aime bien 99 F, mais 99 $ me fait plus fantasmer. Mad Men est une nouvelle série qui cartonne aux USA. Mad Men : les tarés, les pourris. M’ad Men : les hommes de la publicité. Un petit bijou chromé qui raconte l’épopée délirante de l’agence Sterling Cooper à New-York dans les années 1960. Desperate Housewives sur Madison Avenue. C’est du même calibre : le producteur des Sopranos n’a pas lésiné sur les moyens pour raconter une époque – image léchée, écriture ciselée – qui nous donne envie, à nous, publicitaires névrosés, de redevenir copywriter en chemise de chez Brooks Brothers, à une époque où la création commençait à délirer. Au premier regard, c’est « on rigole, on fume, on boit, on baise. » En arrière-plan, c’est le rêve américain, la culture pop, l’esprit pionnier de ceux qui font des choses pour la première fois. Mad Men est plus pernicieux que 99F : la série redonne envie d’être publicitaire. Personnellement, elle me ramène aux fondamentaux du métier, vers les agences de Chicago dans les années 20, Lord and Thomas, et les stars de l’époque : Lasker, Hopkins…une époque qui disait : la publicité, ça sert à vendre !

Mad Men : pas de diffusion France pour l’instant. Mais les épisodes sur AMC et l’essentiel de la série sur www.amctv.com

Par popmarketing le 12 octobre, 2007 dans Non classé
Pas encore de commentaires

11 octobre, 2007

la signature publicitaire intelligente : une espèce menacée.

14.jpg

Avec sa nouvelle campagne, la marque de vêtements outdoor Aigle frappe juste, mais l’air de rien : un ton écolo-sauvons-la-planète, très Développement Durable. L’occasion de dévoiler une nouvelle signature « Pour la réintroduction de l’homme dans la nature », qu’on imagine tout d’abord sortir de la bouche de n’importe quelle association de défense de l’environnement : une phrase sans vague, de construction hyper-banale, mais PUTAIN, dès la deuxième lecture, que c’est intelligent ! Humour décalé, récupération légitime et parfaite cohérence : une signature qui a du sens et qui est en phase avec les valeurs – et les produits – de la marque; Aigle ne prend pas ses consommateurs pour des cons décérèbrés; une douce et imparable combinaison de mots qui fonctionne aussi bien émotionnellement (la protection de la Nature, mais l’Homme est peut-être effectivement une espèce en voie de disparition…), que rationnellement (Aigle vend simplement des vêtements qui permettent à l’Homme d’affronter les pires éléments).

« Pour la réintroduction de l’homme dans la nature » : l’apparence d’une signature inconsistante, la saveur de l’intelligence; l’inverse, en fait, de tous les « engagements pour l’excellence » qui pullulent aujourd’hui (voir plus bas le post Le Futur c’est l’Avenir) : apparemment intelligents, mais totalement insipides…

Par popmarketing le 11 octobre, 2007 dans Non classé
1 commentaire

123

Fibres la Réunion: bois et ... |
Media Consult |
bricomelanie |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | L'OPPORTUNITE D'AFFAIRE SUN...
| Avenir Prospère
| lephenomeneuvme